La Tempête qui vient

La Tempête qui vient

James Ellroy

Rivages

  • 24 avril 2020

    Coup de coeur de Christophe

    Brutaux et immoraux, calculateurs et violents, les personnages de James Ellroy sont de sacrés enfoirés !

    Un roman noir au style narratif sans égal, Ellroy est comme un peintre qui avance par petites touches. Un grand peintre et un grand tableau du Los Angeles de 1942.

    Sale temps pour les Japonais.

    Christophe


  • par (Libraire)
    9 novembre 2019

    Enfin, le Chien Fou est de retour.

    “Deeper & darker”, toujours magistral, ce deuxième tome du second Quatuor de Los Angeles nous abîme dans la dégueulasserie humaine des États-Unis de 1942.

    Sournois, hypnotique, fangeux !

    “La tempête / qui vient / ce / désastre / qui ensauvage / la pluie / l’or / le feu / tout ça / une seule / et même / histoire.”


  • 3 novembre 2019

    Ellroy se serait-il égaré ?

    J’ai lu la première partie de « La Tempête qui vient », le nouveau roman de
    James Ellroy, tome 2 de son deuxième quatuor de Los Angeles. Je ne suis pas
    allé au-delà de ces 164 premières pages mais je peux partager les impressions
    qu’elles m’ont laissées. C’est à ce moment-là du livre que j’ai admis n’y
    prendre aucun plaisir, n’avoir aucune envie d’affronter les 534 pages
    restantes et être prêt à chercher une autre lecture plus accueillante. Autant
    « Perfidia » (2015) m’avait ébloui de bout en bout, parfaite synthèse des
    obsessions et des ambitions du « Chien Fou », autant cette suite (du moins le
    début) m’a semblé froide et brumeuse, répétitive et hermétique.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u