Ce matin-là

Ce matin-là

Gaëlle Josse

Les Éditions Noir sur Blanc

  • 1 mars 2021

    La vie en panne

    Nos sociétés ont inventé le mot burn-out, généralement associé au monde du travail. Burn-out : littéralement se consumer à force d’un trop plein de travail, de rendement, de produits, de chiffres, de pressions, se consumer à cause d’une société gonflée de trop de consommation et vidée d’humanité et de sens. Gaëlle Josse aborde un sujet difficile et livre pourtant, par sa prose douce et limpide, un roman lumineux. Elle dissèque avec des mots toujours justes et simples toutes les étapes de l’effondrement psychologique d’une jeune femme, terrassée par le travail qui la consume et sa vie qui se fragmente.


  • par (Libraire)
    20 février 2021

    Gaëlle Josse, c'est la justesse d'un regard sur la multiplicité de nos vies, l'écriture à fleur d'émotion. C'est le roman du renoncement et du recommencement, de la nécessité de la rupture pour le repli sur soi et la prise d'un nouvel élan. Ce livre nous renvoie à ce que nous sommes aujourd'hui, des points d'interrogation qui avançons contre vents et marées, des âmes fragiles et inquiètes, à l'épreuve du temps.


  • par (Libraire)
    20 février 2021

    Un moment. Un simple instant et tout chancelle. Cela peut être n’importe quoi, la tartine qui tombe face confiture, ouvrir sa boîte de médocs et tomber côté notice… ou encore une voiture qui tombe en panne. Pour Clara, ce fut la dernière option et tout a déraillé.
    Un aller-retour chez le médecin et hop, vite vu, le pronostic est clair, net et précis : burn-out. Le boulot, c’est terminé, arrêt maladie, repos. Cette longue période où Clara va se perdre lui permettra peut-être de mieux se retrouver ensuite. Ou mieux encore : de se trouver.
    « Ce matin-là » parle d’un mal bien présent dans notre société actuelle à travers un personnage féminin d’une force et d’une douceur incomparable.

    Gaëlle Josse signe ici un excellent roman !


  • par (Libraire)
    11 février 2021

    Ce nouveau roman de Gaëlle Josse est une source infinie de délicatesse, de justesse et d'échos en chacun de nous.
    Alors que Clara a tout quitté autour d'elle, qu'elle semble glisser inexorablement, petit à petit, dans une dépression sévère sans horizon perceptible, elle se relève, se raccroche et se réapproprie sa vie...
    Le cheminement est long, difficile, il sous tend une nécessaire acceptation du vide, de la perte, du manque, une nécessaire composition avec/sans, par un retour à la source - l'enfance - pour mieux revenir à Soi, un autre Soi, plus authentique.
    L'auteure accompagne Clara pas à pas, au plus près des émotions, des sensations ressenties par une écriture ciselée, fine, Vraie.
    Magnifique hommage rendu à l'existence et à l'humain, en toute simplicité.


  • par (Libraire)
    30 janvier 2021

    En panne

    C'est Clara qui tombe en panne lorsque sa voiture ne démarre pas, un matin d'une journée professionnelle bien remplie, comme toutes ses journées professionnelles. Le diagnostic de son médecin est sans appel : burn-out. Il n'y a que trois façons de vivre ce mal contemporain, autre nom de la très répandue dépression : y rester, en sortir pour se relever et reprendre le cours de sa vie d'avant, réinventer sa vie et son désir. D'emblée on le sait, mais le cours du livre met brillamment ces trois options en suspend.


  • par (Libraire)
    28 janvier 2021

    Trop.

    Trop ou pas assez, il n'y a guère de place pour la nuance et l'écoute de soi dans la vie de Clara.
    Comment accepter les ruptures, les failles et les solitudes de la vie que l'on mène ? Comment accueillir la vie dont on rêvait, et désirer à nouveau ?

    Trop ou pas assez, la question ne se pose pas pour les romans de Gaëlle Josse : on n'en a jamais assez, et on les aime beaucoup trop !


  • 27 janvier 2021

    Ce matin-là, la voiture de Clara ne démarre pas.
    C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase.
    Vase qu'elle n'imaginait pas si plein.
    Elle remonte chez elle et s'effondre.
    Burn out qui couvait sans qu'elle s'en soit vraiment rendu compte.
    Elle n'est plus capable de rien et plonge.
    Il est certain qu'en ces périodes moroses, ce n'est pas forcément ce qu'on aurait envie de lire.
    Heureusement qu'il y a la plume légère et sensible de Gaëlle Josse pour nous raconter cette histoire si fréquente de nos jours.
    Elle réussit même à laisser une note d'optimisme.
    Le monde du travail est souvent impitoyable et pressure bon nombre d'individus.
    L'analyse du processus chez Clara est finement exposée.
    Quand l'écriture est belle, on arrive à tout lire même si le sujet ne nous inspire pas vraiment.


  • par (Libraire)
    27 janvier 2021

    Une vrai consolation

    Un livre lumineux sur la lente reconstruction se soi et sur l'amitié. Un roman placé au plus près des sentiments et des émotions. Une ode à la vie et aux petits riens qui permettent de se relever.


  • par (Libraire)
    23 janvier 2021

    Une amie, la main sur l'épaule

    Ce matin là, la voiture de Clara ne démarre pas et tout va lâcher ; trop de pression au travail, où elle doit placer des crédits en masse, une cheffe difficile. Après l'AVC de son père, son petit ami la quitte. Plongée en plein burn-out, ses journées sans fin ni envie, inactives. Puis, une ancienne amie de classe un peu perdue de vue l'invite à la campagne et, avec cette famille heureuse, en plein air, elle va remonter la pente.
    Malgré le thème, un roman lumineux. « Clara la vaillante, la vacillante. Une lettre qui dit l'effondrement. » Plume délicate, sans pathos.


  • par (Libraire)
    21 janvier 2021

    Clara

    Clara, jeune femme épanouie dans son travail, vient d'obtenir une promotion. Jusqu'à ce matin où la voiture refuse de démarrer et où tout bascule, elle s'effondre. Tout lui revient en mémoire, les petites phrases, la pression, le stress. Un burn-out ! Là commencent de longs mois d'errances, de renoncements. Finalement, il n'est peut-être pas trop tard pour reprendre un projet abandonné bien des années plus tôt !


  • par (Libraire)
    17 janvier 2021

    Ce matin là, la voiture de Clara ne démarre pas. Ça tombe bien, Clara ne veut plus aller nulle part et surtout pas au travail.
    Clara s'écroule...
    Tomber pour se reconstruire, doucement, mais surement...
    L'auteure accompagne son héroïne sans la juger, avec bienveillance...


  • par (Libraire)
    16 janvier 2021

    A force de pression professionnelle, ce matin-là Clara s'effondre. La jeune femme pleine d'énergie cède la place à une jeune femme apathique, sans auncun désir. Il lui faudra du temps pour revoir la lumière. Gaëlle Josse nous touche une fois de plus avec ce nouveau roman plus sombre que les précédents mais qui porte un message positif.
    Valérie


  • par (Libraire)
    16 janvier 2021

    une touche de mélancolie, une note d'espoir, tout l'équilibre se trouve là, posé.

    De sa sublime plume, Gaelle Josse, aborde avec émotion et sensibilité le nouveau fardeau de notre société: Le burn-out.
    Un texte brut qui nous pose sur le fil, en équilibre instable, pour mieux nous insuffler de l'espoir.

    Lumineux.
    Jessy


  • par (Libraire)
    16 janvier 2021

    Lumineux

    Un très beau roman sur l'effondrement.
    Comment réinventer sa vie ?
    Ecrit avec finesse et élégance


  • par (Libraire)
    12 janvier 2021

    Histoire d'un burn-out annoncé !

    Ce matin-là, Clara n'a plus la force.
    La force d'avancer, la force de se lever, de faire semblant de se soucier de son travail, de ses parents....
    Elle ne sait plus comment vivre et respirer!

    Ce roman évoque, avec pudeur et sensibilité, le parcours d'une jeune femme fatiguée.
    Tellement d'actualité !

    Pauline


  • par (Libraire)
    11 janvier 2021

    Court et juste

    Le burn out, tel est sujet abordé avec beaucoup de délicatesse par Gaëlle Josse dans son nouveau roman. Quelques grains de sable viennent rompre le quotidien de Clara qui se transforme alors en enfer. Il suffit de peu de choses pour tout mettre à terre et se rendre compte de la fragilité de l'être humain. En peu de mot, tout est abordé, la détresse psychologique, l'environnement professionnel, la famille, les amis, comment chacun voit ou ne voit pas la gravité de la situation et comment petit à petit Clara va se reconstruire. Pour cela elle va remonter le temps, observer, analyser et choisir. Un roman tout en émotions, un roman qui sonne juste.


  • par (Libraire)
    11 janvier 2021

    Un roman très fort, plein de délicatesse

    Ce matin-là, Clara, jeune femme heureuse en couple, très investie dans son travail, craque. Afin de retrouver goût à la vie et de se reconstruire, il lui faudra de la solitude, replonger dans le passé, procéder à une forme d’introspection.
    Gaëlle Josse aborde un sujet très actuel, le burn out, mais avec cette force, que l’on retrouve dans tous ses romans, d’écrire l’intime d’une vie, toujours avec tant de délicatesse et de simplicité.


  • par (Libraire)
    10 janvier 2021

    Avec Gaëlle Josse on avance toujours à petits pas , par petites touches, avec pudeur, mais on aborde toujours des sujets graves, des sujets qui touchent au plus profond de nous même.
    Avec Gaëlle Josse on ne triche jamais on n'essaie pas de faire semblant au contraire on va droit à l'essentiel.
    Une femme perdue, meurtrie, anéantie tente de survivre et de se reconstruire.
    Un texte au scalpel qui happe le lecteur de la première à la dernière page!
    Percutant


  • 9 janvier 2021

    Parce qu'un matin, son véhicule ne démarre pas, Clara voit son quotidien s'effondrer - c'est l'amorce d'un effondrement personnel plus grand, plus profond.
    Avec le talent de miniaturiste qu'on lui connait, Gaëlle Josse décrit ces brisures intimes qui sapent nos vies fragiles, nous affectent, nous déracinent et nous forcent aussi à nous réinventer. Un roman sensible et juste sur la dépression et, partant, sur la quête de sens qui charpente nos existences.
    Une nouvelle fois, Gaëlle Josse trouble, émeut et touche au cœur.


  • par (Libraire)
    7 janvier 2021

    .


  • par (Libraire)
    7 janvier 2021

    Conseillé par Stéphanie

    Gaëlle Josse dédie son roman "À ceux qui tombent". Cette dédicace, si simple, en dit beaucoup. Gaëlle Josse a des yeux qui regardent et un écrivain qui sait regarder est capable de voir l'invisible.
    "Ce matin-là" s'ouvre aussi sur une comptine ritournelle connue de tous : "Nous n'irons plus au bois". "La belle que voilà" se nomme Clara, prénom de lumière. Mais ce matin-là, la lumière reste éteinte. Clara n'a plus l'énergie, plus l'envie. Clara n'a plus faim de rien, ni de vie, ni d'amour. Le temps d'une comptine, le temps d'une saison, les lauriers du bois devront repousser avant que la belle puisse à nouveau entrer dans la danse.
    Il y eut un soir, il y eut un matin et vint la reverdie, "ce mouvement entêté de la lumière, de l'oxygène et de la sève, qui ramène à la vie".
    Gaëlle Josse prouve avec talent qu'on peut parler de dépression sans s'apitoyer.
    C'est l'histoire d'une chute, d'une hibernation et d'un réveil. C'est si juste, si beau. En ce début 2021, "Ce matin-là" est comme une "fleur de trottoir". La poésie et l'espérance se sont invitées là où l'on ne les attendait pas.


  • par (Libraire)
    4 janvier 2021

    L'une des plus belles plumes françaises

    Gaëlle Josse dresse avec justesse le portrait d'une femme en perdition, d'une femme perdue dans le tourment d'une tempête violente et inattendue . Avec une économie des mots, une langue pure et touchante , elle raconte l'universel de nos vies, la possibilité de basculer un jour dans les méandres de la dépression, mais aussi de prendre de l'altitude avec ces petites choses qui font la beauté de notre existence.