La fille qu'on appelle

Tanguy Viel

Les Éditions de Minuit

  • par (Libraire)
    13 octobre 2021

    La fille qu'on appelle

    Coup de cœur
    Laura, 20 ans, revient vivre dans la petite ville de son enfance. Son père Max, ancienne gloire du ring demande au maire, dont il est le chauffeur, s’il ne pourrait pas l’aider à trouver un logement…

    Le récit commence alors que Laura est au commissariat. Elle vient porter plainte. Pour viol ? Proxénétisme ? Abus de faiblesse ? Au moyen d’une langue très travaillée, proche du langage parlé dans sa construction mais magnifiquement littéraire dans son rythme, son art du raccourci, Tanguy Viel aborde en grande délicatesse et pudeur les thèmes du consentement, du rapport de domination. Du corps également, celui, meurtri, du boxeur, celui, magnifique, de sa fille dont une très (trop) jeune carrière dans le mannequinat semble l’avoir dépossédée.

    Une lecture fluide, très visuelle avec notamment l’omniprésence de la mer. Une grande finesse psychologique qui jamais n’analyse, jamais ne juge. Laisse parler, juste.
    Un roman dont la richesse nous revient, petit à petit comme le reflux des vagues, une fois le livre refermé.


  • 11 octobre 2021

    Fable sociale absolument irrésistible... Tanguy Viel à son meilleur !


  • par (Libraire)
    7 octobre 2021

    Écrit dans une langue virtuose, un roman âpre sur la manipulation, dans une Bretagne chère à l'auteur;

    Thomas


  • par (Libraire)
    1 octobre 2021

    C'est le combat d'un père pour rendre justice à sa fille, un face à face avec un homme de pouvoir en qui il avait confiance et à qui il a donné ce qu'il a de plus cher, un combat perdu d'avance ? ...
    #metoo malheureusement toujours d'actualité, et c'est encore pire quand l'ennemi est haut placé et qu'il a tous les moyens à sa disposition pour se disculper et étouffer l'affaire. Et comme il ne faut surtout pas salir l'image du parti, alors tous les coups sont permis, menaces, dessous de table, corruption, abus de pouvoir ...
    Les mensonges (qui suintent des discours disculpants écrits par des conseillers passés maîtres dans cet art) distillés dans la presse et devant les caméras avec moultes simagrées pour se victimiser.
    Et pendant ce temps, la véritable victime est salie, souillée, rabaissée, niée, piétinée, déshumanisée.
    Nous sommes en 2021, comment les acteurs de ce livre en sont arrivés là et qui va-t-on croire ? La victime qui n'a que sa parole ou le coupable et sa débauche de moyens ?


  • 22 septembre 2021

    Max, ancien boxeur pro, est le chauffeur du maire de la ville. Sa fille, Laura, à la plastique irréprochable, revient vivre chez lui. Pour trouver un logement, Max demande une faveur à l'édile, et là tout bascule.
    Un roman à l'écriture vive et incisive mettant en scène le cynisme de notre société et des hommes politiques.

    Conseillé par Thierry


  • par (Libraire)
    21 septembre 2021

    C'est avec le talent qu'on lui connaît que Tanguy Viel zoome sur la question du consentement, de la domination sociale et les rapports de pouvoir. Tout l'art subtil de s'emparer d'un banal fait diverspour bâtir un roman de mœurs d'une rare densité narrative. Une fois de plus, la justesse de son écriture a fait mouche !


  • 21 septembre 2021

    Un roman intelligent, sans concession, construit comme un polar.

    Tanguy VIEL déroule une analyse corrosive de l'emprise, des travers de la société, où le pouvoir et l'argent règnent en maîtres.


  • par (Libraire)
    21 septembre 2021

    INCONTOURNABLE roman de cette rentrée littéraire. Tanguy VIEL frappe fort et juste. Le grand roman de l'automne !! Guillaume, libraire Charlemagne TOULON


  • par (Libraire)
    14 septembre 2021

    Au cœur d’une ville bretonne en bord de mer, on assiste à un combat de boxe. Mais les personnages divers et variés sont nombreux à monter sur le ring.

    Entre eux vont se révéler les tensions qui gangrènent notre société : Harcèlement , emprise et attrait du pouvoir…

    Sombre, court et brillant !


  • par (Libraire)
    10 septembre 2021

    C’est toujours une immense joie de pouvoir lire un nouveau roman de Tanguy Viel. Et « La fille qu’on appelle », qui sort aujourd’hui chez Les Éditions de Minuit, n’a pas déçu nos attentes, bien au contraire ! Une fois de plus, l’auteur signe un grand livre sur les rapports humains, avec comme toile de fond l’emprise et la politique (et aussi une ville bretonne qui pourrait bien être…? 😉)


  • par (Libraire)
    9 septembre 2021

    Un grand roman

    Une écriture tout simplement magnifique ! Ce livre est un petit bijou. Tanguy Viel aborde cette fois le thème de la domination sociale. Laura et son père Max, ancien boxeur devenu le chauffeur du maire d'une petite ville bretonne, sont pris au piège. La construction est implacable, le regard porté sur notre société est glaçant. Pourtant, on chemine aux côtés de Max et Laura, sans jamais leur lâcher la main, qui restent droits malgré tout.

    Vanessa


  • 8 septembre 2021

    Sur le ring du pouvoir

    Laura, 20 ans, revient chez son père Max Le Corre, glorieux boxer sur le retour, devenu chauffeur du maire de la ville. Max sollicite le maire pour aider sa fille à se loger.
    Laura confesse en un dense monologue la façon dont cette aide a évolué pernicieusement.

    Tanguy Viel reconstitue méticuleusement l’atmosphère sordide de la situation d’emprise sociale et de harcèlement. L’engrenage est inéluctable et double car les dégâts chez le père et la fille sont apparentés face à la mécanique du pouvoir.

    La narration est corrosive suggérant l’ambiguïté des faits par les limites du consentement pouvant transformer la victime en coupable….
    La fin est sidérante presque désuète ; de moins en moins d’actualité heureusement !


  • 7 septembre 2021

    Le nouveau roman de Tanguy Viel est toujours aussi implacable et sans illusion sur notre société actuelle avec son inimitable distance et son immense talent. Tanguy Viel nous offre un des meilleurs romans de cette rentrée !


  • par (Libraire)
    7 septembre 2021

    Le nouveau roman de Tanguy Viel est toujours aussi implacable et sans illusion sur notre société actuelle avec son inimitable distance et son immense talent. Tanguy Viel nous offre un des meilleurs romans de cette rentrée !


  • 4 septembre 2021

    Du grand art !

    Un gros coup de coeur de cette rentrée ! Utilisant à merveille les codes du roman noir, T. Viel en donne une ampleur véritable par l'analyse des ressorts psychologiques et la maîtrise de la tension dramatique. Du grand art !


  • par (Libraire)
    4 septembre 2021

    Tanguy Viel signe un roman poétique et social qui questionne encore et encore les dérives du pouvoir masculin.
    Un étude de mœurs finement menée et toujours d'actualité.


  • par (Libraire)
    3 septembre 2021

    Excellent !

    Un roman aux allures de polar noir, une intrigue menée de main de maître, qui met au jour les jeux de duperie, les abus de pouvoir et les mécanisme d'emprise... Juste excellent !


  • par (Libraire)
    24 août 2021

    Pour venir en aide à sa fille Laura, revenue vivre avec lui après de langues années d'absence, Max, boxeur à ses heures perdues mais surtout chauffeur du Maire, ose demander à son employeur un service. Peut-il aider sa fille à trouver un logement plus rapidement ? Laura est très belle jeune femme, peu farouche, revenue du monde du mannequinat, une jeune femme douce une peu perdue, un peu fataliste. Pour le Maire la tentation est grande. Dans ces petites villes où règnent les petits pouvoirs des potentats locaux, où on s'arrange rapidement avec la morale, le pas est vite franchi et c'est sans état d'âme que cet homme d'âge mur, troque la promesse d'un logement contre de courts moments agréables. Tanguy Viel nous offre ici un excellent roman sur un sujet certes à la mode le consentement mais c'est avec brio qu'il décortique tous les ressorts psychologiques et sociologiques de cette affaire. Un roman noir, poisseux qui nous vous lâche pas.


  • par (Libraire)
    24 août 2021

    Conseillé par Chloé, Stéphanie et Rémy

    Une jeune femme vient porter plainte dans un commissariat. C'est ce récit, retranscrit en temps réel par deux policiers, qui permet de dévoiler, avec une grande intelligence narrative, l'histoire d'une fille et de son père.
    Max est une ancienne star de la boxe qui gagne sa vie comme chauffeur du maire de la ville, Quentin. Laura, la fille de Max peinant à trouver un appartement, Max finit par solliciter l'aide du maire. Seulement il l'ignore encore mais ce coup de pouce sera un piège pour la jeune fille. Laura est jeune et jolie, pourquoi le maire n'en profiterait-il pas...?
    Tanguy Viel ose traiter d'une actualité brûlante et complexe : comment se faire entendre lorsque l'on est une jeune femme qui accuse un puissant ?
    Avec un style sobre et d'une justesse folle, "La Fille qu'on appelle" est un roman qu'on ne veut et qu'on ne peut plus lâcher.

    rr


  • Un roman à déguster sans restriction

    Dès le début du roman, on rentre dans le vif du sujet : nous sommes dans une petite ville de bord de mer, très certainement en Bretagne, où vivent des personnages semblant fixés par leur destin. Laura, d’abord, 20 ans de retour au pays chez son père, Max Le Corre, ancien boxeur et actuellement chauffeur du maire, Quentin Le Bars. Mais aussi Bellec, ami du maire et dirigeant du casino. Dans un engrenage haletant, vif et entraînant, va se dérouler un drame dans lequel Laura se trouvera prise dans une toile bien tissée. Les descriptions de la banalisation du harcèlement sexuel et de l’emprise des hommes de pouvoir sont remarquablement décrites.
    Un roman à déguster sans restriction.


  • par (Libraire)
    21 août 2021

    Sur le ring comme dans la vie

    Une histoire comme un engrenage dans laquelle se déroulent la tragédie, la lutte d’un boxeur sur le ring.
    Sur fond de harcèlement, on suit le récit de Laura. Une enquête bien menée au style précis, tranché qui nous plonge en apnée pour mieux nous sortir la tête de l’eau.
    Un sujet très actuel qui vous tiendra en haleine !

    Isabelle


  • par (Libraire)
    16 août 2021

    Impunités et silences

    Tanguy Viel dissèque avec aisance le mécanisme de l'exercice du pouvoir, les abus qui peuvent en découler et l'impunité fascinante et écrasante clôturant des relations déjà gâtées et compromises. Ce roman brillant met en avant un système de corruption bien enclenché où les crapules exercent leurs petits trafics ouvertement sans être jamais inquiétées, couvertes par la municipalité. Avide de gloire et de notoriété, fort de sa suffisance et de son autorité masculine, le maire de la localité mû par une fausse générosité révèlera progressivement de troublantes ambiguïtés sans jamais se départir de son rôle vertueux au service des administrés. La voracité du pouvoir est splendidement décortiquée entraînant une situation d'injustice et un désir de vengeance tout aussi insatiable.


  • par (Libraire)
    3 août 2021

    Coup de coeur de Laëtitia

    Dans ce court récit, Tanguy Viel arrive à faire ressortir tous les travers d'une société fondée sur le pouvoir et l'argent. Dans cette petite ville de province comme on en connait tous, chacun cherche sa petite gloire et les personnages se croisent au fil d'un récit empreint de cynisme, qui ne manque pas d'humour. Tantôt émouvante et tantôt drôle, une tranche de vie au ton juste.
    Librairie La Promesse de l'Aube