S'il n'en reste qu'une

Patrice Franceschi

Grasset

  • par (Libraire)
    2 octobre 2021

    Dans une Syrie lâchée par les Occidentaux, une journaliste australienne découvre et retrace l'histoire de deux êtres, deux combattantes kurdes. À travers elles, Patrice Franceschi souhaite que nous entendions leurs cris et leurs combats. Magnifique coup de projecteur sur un peuple qui, au-delà de son combat contre Daech, tente de construire une société où égalité et solidarité s'écrivent ensemble avec justesse. Un texte brut et honnête.


  • 22 septembre 2021

    Une journaliste autralienne part sur les traces des combattantes kurdes qui luttent contre Daech. Le destin magnifique et tragique de Gulistan et Tekochine guidera ses pas. Elles sont entrées dans la légende de ces bataillons de femmes qui ont tout perdu et pour lesquelles la liberté est devenue la seule vertue.
    Un roman difficile mais nécessaire.

    Conseillé par Roselyne


  • 10 septembre 2021

    .... Je serai celle-là

    2014
    Rachel Casanova, journaliste, part sur les traces de deux femmes hors normes, Tékochine et Gulistan, combattantes kurdes dans le nord de la Syrie dans une guerre opposant les kurdes aux islamistes et où l’Occident manque à l’appel.
    Elle retrace le quotidien de ces incroyables héroïnes vivant les armes à la main pour leur liberté collective, dispersant le terrorisme, supportant la violence, la peur, les pertes …… qui se vivent comme déjà morte et prêtes à mourir pour se sauver …..

    Le roman embrasse ces femmes et leur tragédie, attachant le lecteur à son dénouement.
    Quel enseignement que ces vies courageuses, romancées mais tellement vraies …..

    Roman de guerre et d’amitié lumineux.


  • 4 septembre 2021

    Combat(s) pour la liberté

    Après avoir découvert un tombeau abandonné dans un cimetière kurde où deux combattantes sont enterrées ensemble, une grand reporter se lance en quête de leurs identités.
    Ses recherches la mènent dans des territoires revendiqués par l'armée kurde, à la rencontre de ses combattants et combattantes, dévoilant peu à peu l'histoire des deux martyres. Prenant, intéressant, immersif, ce livre nous fait (re)découvrir le combat mené par le peuple kurde.


  • 30 août 2021

    A découvrir surtout actuellement !

    S’il n’en reste qu’une de Patrice Franceschi apporte pour cette rentrée littéraire un souffle d’actualité en permettant à sa journaliste de reconstruire l’histoire de deux combattantes kurdes au destin héroïque époustouflant qui plonge le lecteur au cœur de l’essentiel !
    Originaire du Québec, Rachel Casanova est journaliste grand-reporter depuis dix ans à Sidney Match. Son boss Jim Billingman lui propose de partir au pays Rojava, nom ancien du pays Kurde pour écrire un reportage sensible sur leurs combattantes. Si elle réussit, il pourrait aussi devenir un livre. Pourquoi pas !
    C’est en visitant Kobané avec son guide, Mohamed, que Rachel exprime l’envie de sortir du circuit habituel et de visiter le cimetière kurde. Alors, juste avant de reprendre l’avion du retour, on la dépose pour trente minutes, montre en main, avant de venir la rechercher. Comme une ville fantôme, elle découvre que presque toutes les tombes ont été saccagées. Mais une tombe deux fois plus grande et plus massive attire son attention. Juste à côté dans un cadre de bois, deux visages de femmes sont photographiées côte à côte : Tekochine et Gulistan.
    Rachel va remonter leur histoire, Hevala Tekochine, à peu près quarante ans, et Gulistan, juste vingts ans d’origine yézidi, toutes les deux tuées lors de la dernière offensive turque en 2019. La première était commandante d’un bataillon à Kobané. La seconde, retrouvée sans famille, s’est trouvé auprès des yapajas, combattantes kurdes, et les yapaguès, leurs homologues masculins, une famille, un combat et une mission.
    La suite ici
    https://vagabondageautourdesoi.com/2021/08/30/patrice-franceschi/


  • par (Libraire)
    16 août 2021

    Vivre libre ou mourir

    Hymne à la liberté, hommage au courage absolu des combattantes kurdes, à leur héroïsme sans retenue pour abattre la terreur et mettre fin à l'insoutenable violence des sbires de Daech, ce roman construit comme une enquête suit les traces de deux femmes incandescentes, au milieu des paysages sublimes et dangereux qu'elles ont arpentés, auprès de celles et ceux qui ont connu leur vie combattante comme leur intrigante mort. C'est fort, terrible, beau, dur et intense, remarquablement construit et admirablement écrit. Patrice Franceschi trouve la bonne mesure, la bonne distance, la bonne cadence, le bon ton pour que chacun puisse entendre et s'interroger sur ce que « vivre libre ou mourir » signifie vraiment et s'en trouve transformé.