Atlas des esclavages, De l'Antiquité à nos jours
  •  
EAN13
9782746745315
ISBN
978-2-7467-4531-5
Éditeur
Autrement
Date de publication
Collection
Mini-atlas
Nombre de pages
96
Dimensions
25 x 18 x 0 cm
Poids
245 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Atlas des esclavages

De l'Antiquité à nos jours

De ,

Autrement

Mini-atlas

Offres

« Jamais, sur l'esclavage, on n'avait rassemblé tant d'informations. » Le Monde diplomatique
Atlas des esclavages
De l'Antiquité à nos jours
L'histoire des esclavages, de l'Antiquité jusqu'à nos jours, en 150 cartes et infographies.
L'esclavage antique, arabe, africain et médiéval avant le XVe siècle.
La traite des Noirs et le commerce triangulaire, stimulés par la mondialisation des échanges.
Les sociétés esclavagistes au Brésil, aux États-Unis, à Cuba, dans l'Amérique espagnole.
Les mouvements abolitionnistes et les débats qu'ils ont engendrés.
La permanence de l'esclavage et la complexité de ses mémoires.
La quatrième édition de cet atlas présente une synthèse des connaissances historiques sur les pratiques et les sociétés esclavagistes, sur les mouvements abolitionnistes et la question des mémoires.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Avec Marcel Dorigny
Le , La Rose Des Vents

En cette année 2018, ou nous célébrons le 170ème anniversaire de l'abolition de l'esclavage dans les colonies, il nous semblait important – essentiel ? - de revenir sur ce pan encore trop mal connu de notre Histoire nationale.

La France, comme bon nombre de nations cotières européennes, a joué un rôle prépondérant dans ce que nous appelons aujourd'hui le "commerce triangulaire".
De grandes villes portuaires, des familles d'armateurs et des populations locales ont vécu la traite comme une bénédiction.
Elle fut légalisée, encadrée par le fameux Code Noir de Louis XIV, repris ensuite par Napoléon Ier (pour le cas de la France).
L'esclavage ne fut aboli en France qu'en 1848, grâce aux travaux et efforts acharnés de quelques rares intellectuels et hommes de bien.

Aujourd'hui, les chiffres gravitent autour du nombre de 11 millions d'individus victimes du seul commerce triangulaire.

La traite et l'esclavage ont été, à l'époque, justifiés politiquement, économiquement, idéologiquement, et – le comble – moralement.
Il y a encore 13 ans de cela, en 2005, une loi francaise - supprimée depuis – reconnaissait le "rôle positif de la présence francaise outre-mer, notamment en Afrique du nord ".

Alors oui, en effet, il nous plaît à penser qu'il serait grand temps de faire revenir tous ces "petits détails" de l'Histoire dans la mémoire collective.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Marcel Dorigny